Site officiel de la ville de Seclin


Accueil du site > Actualités Seclinoises > Le budget 2019 toujours en suspens

Le budget 2019 toujours en suspens


Lors du conseil municipal du 4 avril, le point principal à l’ordre du jour était le vote du budget 2019 de la commune. De coups de théâtre en suspension de séance, de règlements de comptes entre les groupes d’opposition en scissions au sein de la majorité… le budget a été rejeté par 18 voix contre et 13 pour. Nathalie Fruchart a démissionné du groupe « communistes et républicains » pour intégrer celui des « écologistes ». De fait, les subventions aux associations n’ont pas pu être adoptées non plus, ce qui n’a pas plu aux nombreux bénévoles du Football Club de Seclin présents dans la salle en raison d’un vaste débat sur la rénovation du terrain synthétique. Enfin, comme le budget 2019 des communes doit être adopté avant le 15 avril, un nouveau conseil est programmé jeudi 11 avril.

Quel budget était proposé par l’adjoint aux Finances ?

Dans cette ambiance délétère, qui ne redore pas forcément l’image que se font les Français de la politique… on en oublierait presque que ce budget 2019 proposait la stabilité des taux des impôts locaux, qui n’ont pas augmenté depuis 11 ans…

Dans sa présentation du budget, l’adjoint aux Finances, Jean-Rémy Vandevoorde l’a rappelé : « le budget d’une commune n’est pas seulement une liste de chiffres alignés les uns derrière les autres. Ces chiffres traduisent aussi les préoccupations des femmes, des hommes, des jeunes, des enfants, des retraités, ou encore des sportifs, des bénévoles (…) Ils attendent que nous continuions à leur proposer les prestations qu’ils apprécient. »

Et l’adjoint de citer la piscine à 2 euros pour les Seclinois (1 euro pour le Pass-Sport), la restauration scolaire entre 46 centimes et 3,06 euros selon les revenus, les classes de neige, la nouvelle crèche, les 8 écoles, les 4 salles de sport, la salle de tennis, la piste d’athlétisme, les 5 terrains de foot dont le synthétique, l’accès gratuit à la bibliothèque, des spectacles de qualité à des tarifs très bas, la transition énergétique renforcée avec la signature de la Convention des Maires pour le climat, les nombreuses actions envers la jeunesse, les seniors, les personnes porteuses d’un handicap, la police municipale, et la vie associative, qui représente un atout considérable pour Seclin, avec 100 associations et des centaines de bénévoles.

Pourquoi le budget a été rejeté ?

Le conseil ayant duré plus de trois heures, voici une synthèse des positions des uns et des autres…

Didier Serrurier (groupe Pour Seclin) est d’abord intervenu pour pointer le positif (les services au public), en indiquant « il y a eu des modifications importantes depuis le Rapport d’Orientations Budgétaires (ROB) (…) Je pense qu’il est utile de réfléchir avec l’opposition, mais aussi d’associer les différents groupes de la majorité. » Globalement, il reproche au maire un manque de transparence.

Alain Fruchart (groupe Les Ecologistes) regrette que « le maire ne se soit pas rapproché de notre groupe après le coup de gueule du vote contre le ROB. » Il estime que les investissements en matière de transition écologique ne sont pas assez marqués.

François-Xavier Cadart (Forces Démocrates pour Seclin) souligne « les dissensions au sein de la majorité » et exprime ses « craintes face à la masse salariale » tout en réitérant ses priorités : dynamisation du centre-ville, soutien scolaire après l’école, vraie politique environnementale, vidéosurveillance…

Même si le ton monte régulièrement entre ces élus d’opposition, Eric Drelon (Les Républicains) a développé sur le fond les mêmes critiques et les mêmes propositions que M. Cadart.

Quant au maire, Bernard Debreu, il a défendu « l’emploi d’agents en nombre suffisant, y compris saisonniers, pour rendre les nombreux services au public ». Concernant le budget, « la culture, la vie associative, la jeunesse ont augmenté, et nous sommes exemplaires dans la région en matière de transition énergétique. Pour 2019, nous prévoyons par exemple 250.000 euros pour équiper nos bâtiments en LED, et une étude pour rénover l’école Curie/Michel et la Ribambelle. »

Dernier coup de théâtre : Didier Serrurier demande une suspension de séance… et le groupe Pour Seclin vote contre le budget, en soutien du groupe d’Alain Fruchart.

Le terrain de foot synthétique

Le maire et son groupe proposent de rénover le terrain de foot synthétique, à la demande expresse du club, de ses 50 bénévoles, et 400 joueurs. Mais plusieurs groupes politiques s’opposent ou s’interrogent sur le thème de la santé publique et du principe de précaution. Faut-il refaire le terrain synthétique ? Ou l’interdire ? Les opposants proposent commissions ou bureaux d’étude avant de se prononcer. Mais le principe de réalité est le suivant : le budget 2019 n’a pas été voté le 4 avril, et de toute façon, les investissements, comme les subventions aux associations, devront attendre.

Tarifs 2019

Accueils de Loisirs : entre 1,18 euro et 2,42 euros la journée, repas inclus, selon les ressources de la famille.

Mini séjour en camping : entre 4,54 euros et 10,08 euros la journée. Restaurant scolaire : entre 0,46 et 3,06 euros le repas.

Accueils périscolaires : entre 2,90 et 4,60 euros pour les enfants accueillis le matin avant l’école et le soir après l’école.

Bourses communales : 50 euros pour les étudiants post-Bac, 27,50 euros pour les lycéens, 16,70 euros pour les collégiens, 14,50 euros pour les élèves de maternelle de l’Immaculée Conception qui habitent Seclin.

Schéma des transports de la MEL

La MEL termine une grande concertation sur le futur schéma directeur des infrastructures de transports. Des débats ont lieu dans les conseils municipaux, en plus de la plateforme en ligne qui a recueilli les avis des citoyens.

François-Xavier Cadart estime qu’il faut « répondre à la diversité des besoins des Métropolitains : un vrai réseau de bus, un rééquilibrage du Sud de la Métropole par rapport au Nord déjà bien doté en transports en commun, un renforcement du covoiturage et du télétravail, le REGL (RER) prévu par la Région, un métro ou un tramway, et le réaménagement de l’échangeur de Seclin plutôt que l’échangeur de Templemars ». Il s’est prononcé contre la gare pôle d’échanges en centre-ville.

Alain Fruchart émet des propositions : « davantage de trains qui s’arrêtent en gare de Seclin, plus de fréquence, le doublement des voitures des trains TER, des navettes bus entre la gare et les zones d’activités, une station V’Lille à la gare, un tram-train entre Seclin/aéroport de Lesquin/Villeneuve-d’Ascq, des bus Ilévia accessibles aux personnes à mobilité réduite. »

Bernard Debreu propose de « renforcer le train et le ferroutage, céer un tramway Seclin-Lille, proposer plus de places dans les trains TER, la création du RER, la mise en place de bus qui vont de la gare aux zones d’activités, une station V’Lille, l’échangeur de Templemars, et la gratuité des transports collectifs en commençant par les scolaires et lorsqu’il y a des pics de pollution. »

Motion pour l’aide alimentaire de l’Europe

La Banque Alimentaire, la Croix Rouge, les Restos du Cœur, et le Secours Populaire ont saisi les mairies pour voter une motion à destination de l’Europe, car l’aide alimentaire accordée par l’Europe aux plus démunis pourrait diminuer de moitié… Inconcevable alors que 15 millions d’Européens et 5,5 millions de Français connaissent la faim ! Cette motion a été adoptée à l’unanimité.

Un garde particulier à Seclin

Eric Mangez, par ailleurs conseiller municipal délégué, a été nommé par le Préfet, et assermenté par le Tribunal, pour exercer la mission de garde particulier. Il s’agit de veiller à ce que la réglementation en matière de chasse, de pêche, et cadre de vie, soit respectée.